/// Concours 65 logements /// ZAC Borderouge – Toulouse /// 2020

« La terre crue est le plus humble, le plus écologique et le plus répandu des matériaux de construction : c’est un trésor à portée de main, disponible sous nos pieds. »

Habiter la terre  ///  Jean Dethier

Avec ses rues, ses venelles et ses îlots densément plantés, le quartier Borderouge dispose d’une grande qualité paysagère. Le projet commence par la définition de zones non aedificandi sur le terrain, afin de préserver la plupart des arbres existants (cèdres, peupliers, figuier, magnolia, albizia, etc.). L’implantation bâtie s’inscrit dans la continuité de l’alignement sur l’avenue. Un volume en retrait permet de préserver les ouvertures existantes sur le mur pignon de l’immeuble mitoyen.

La composition architecturale s’organise différemment en fonction de l’altitude à laquelle on se situe. Au niveau du sol, trois porosités suggèrent des ouvertures transversales : l’ensemble de jardins à l’ouest, le hall au centre et la salle commune au nord-est. Dans les étages courants, la continuité bâtie instaure une ambiance calme en coeur d’îlot, sur lequel s’oriente uniquement des chambres et des entrées. Le dernier niveau se divise en deux attiques.

Une trame constructive rigoureuse alterne des travées de trois largeurs (5, 6 et 7 m) qui permettent de combiner les différentes typologies de logements, pour la plupart traversants, et de rythmer le projet. Chaque typologie intègre la possibilité d’autonomiser une pièce, voire un studio, par rapport au reste du logement. La superposition des logements est privilégiée. Cette approche rationnelle permet d’employer des matériaux nobles et naturels, notamment sur les façades les mieux exposées (séjours) et en attique : terre crue (BTC, porteuse ou non), menuiseries bois, façades spontanées (végétalisées). La brique de terre crue apparente évoque les calepinages des constructions environnantes. La mise en œuvre d’un socle, de corniches et de larges débords de toitures vise à protéger le matériau vivant et révèle, in fine, une logique constructive locale et ancestrale à partir d’une ressource in situ.