/// Etude urbaine /// Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse /// 2021

Fondée en 1828, l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse s’est d’abord installée dans le quartier Marengo. La construction de la gare Matabiau puis la volonté de créer de nouvelles voies de communication pour la desservir vont conduire à déplacer l’institution sur le site actuel, à partir de 1965. Progressivement rattrapé et encerclé par l’urbanisation des décennies suivantes, le site représente aujourd’hui une emprise foncière importante dans la ville mais relativement enclavée, bien qu’elle se trouve à proximité directe d’infrastructures de transport d’échelle métropolitaine (rocades, aéroport, voie ferrée).
Avant même de penser l’aménagement, l’étude suggère de préserver la moitié du site pour s’inscrire dans le prolongement du Touch, rivière longeant la limite ouest. Cette idée naît d’une lecture topographique du lieu : une zone non aedificandi est définie au-delà de la margelle du Touch, terrasse géologique révélée par des alignements d’arbres. Elle s’inscrit dans la vision à long terme des 5 Grands Parcs toulousains dont fait partie le Grand Parc du Touch.
Les espaces naturels et de loisirs sont regroupés dans cette partie basse, sujette au risque d’inondation, et en lien avec les projets de franchissements de la rivière. Ces liaisons piétonnes permettent d’envisager la mutualisation des équipements sportifs avec le futur collège qui sera construit sur l’autre rive.
L’enceinte de l’école proprement dite est définie clairement et le programme est réparti selon un maillage viaire simple et ouvert qui s’appuie sur l’existant et permet de préserver la plupart des constructions. Plus on s’éloigne du couloir aérien, plus les usages sont ouverts sur l’extérieur. L’élargissement du chemin des Capelles, transformé en avenue plantée, ainsi que le prolongement d’impasses dans le quartier limitrophe sont autant de propositions pour améliorer l’accessibilité et l’urbanité du secteur.

mandataire étude : Colliers